Manager de transition, même à l’étranger, c’est possible

Mener sa mission à bien, l’élargir et apporter une contribution qui en dépasse largement le cadre. Voilà ce qui distingue les membres d’Amadeus Dirigeants de leurs confrères. Une expérience pluridisciplinaire qui se révèle souvent un atout supplémentaire pour les clients d’Amadeus Dirigeants, comme le prouve cet exemple d’une implantation commerciale et industrielle clé en main, réalisée en Inde.

Cette société, un des fabricants leaders de transformateurs de puissance et de traction, réalise plus de 40 % de son activité à l’export. Pour répondre à la demande de ses clients asiatiques et européens installés en Asie dont elle souhaite se rapprocher, la société décide de s’installer en Asie.

Sans contacts sur place, la société table sur une installation de type joint-venture et fait appel à un manager de transition pour mener le projet à bien. C’est un des dirigeants d’Amadeus Dirigeants, ayant déjà réalisé 5 joint-ventures, dont 3 en Asie, qui sera choisi pour relever cette mission extrêmement ambitieuse. En effet, un tel projet n’a jamais pu être réalisé dans des délais aussi courts en partant de zéro.

Après avoir commencé par valider la faisabilité du projet, le manager Amadeus Dirigeants a développé son réseau sur place et négocié pas à pas avec le partenaire potentiel les conditions de la joint-venture. Parallèlement, s’appuyant sur son expérience de mise en place de Lean Manufacturing , il a convaincu son client de mettre la production de l’usine française en Lean. En collaboration avec un ingénieur en France et un cabinet spécialisé, il va conduire ce projet d’optimisation des flux et zones de production en France qui servira ensuite de base de travail pour la conception de l’usine indienne.
Cinq mois plus tard, un protocole d’accord est signé pour une participation à 70/30 en faveur du client (contre le 50/50 initialement prévu). Le projet est dimensionné, coût et délai de réalisation sont estimés mais les actionnaires mettent le projet en danger en ne validant qu’un investissement d’1 million d’Euros. Après négociation avec les actionnaires, le Manager de Transition a le feu vert pour construire une usine en deux tranches de 2000 m², avec un investissement ramené de 2,5 à 1,5 millions d’Euros pour la première tranche.

Nommé PDG, le manager de transition Amadeus Dirigeants prend en charge les étapes jusqu’à la remise des clefs : redimensionnement du projet, validation du lieu d’implantation, traitement des aspects juridiques, achat du terrain, choix de l’architecte, lancement des travaux d’études, finalisation de l’implantation intérieure de l’usine, identification et choix des fournisseurs indiens ou internationaux devant réaliser les équipements lourds (fours, convoyeurs, ponts roulants, autoclave…)… Plusieurs imprévus vont compliquer la tâche du manager de transition Amadeus Dirigeants qui pourra compter, pour les contourner, sur sa maîtrise du pays et de la culture, et s’appuyer sur son équipe support Amadeus.

Tout d’abord, le concept d’usine verte est alors peu connu en Inde. Il lui faudra donc former l’architecte.

La crise financière passant par là, les actionnaires décident de stopper le projet, jusqu’à ce que les conditions économiques soient plus favorables. Fort de sa connaissance de l’immobilier indien acquise préalablement, le manager de transition Amadeus Dirigeants réussit à ce que le projet reprenne.

Après six mois de construction, le bâtiment sera de justesse hors d’eau avant la mousson.
Parallèlement la fabrication des équipements lourds avance. Les forces vives sont recrutées et envoyées en formation en France. Malgré des routes et villes inondées par la mousson, l’installation des équipements peut se faire et le transfert de technologie démarrer.

Le manager de transition démarrera ensuite le processus de certification locale et internationale, ainsi que la production de bobinages. 18 mois après le démarrage du projet, il recrutera son successeur, le formera pendant trois mois pour lui transférer la Direction Générale de la joint-venture. Il transfèrera ensuite la présidence du Conseil d’Administration à son client et accompagnera le nouveau manager à distance durant plusieurs mois tout en conduisant un nouveau projet en Corée du Sud.

Contact presse : Valentine Brunel – Annie Blin

Ab3c – 34, rue de l’Arcade – 75008 Paris
Tél. 01 53 30 74 00 – valentine@ab3c.com