Le-billet-d-Aristide

ILS ou NOUS ?

Manager de transition au cheveu rare et grisonnant, il m’est arrivé plus d’une fois de prendre la direction d’une entreprise mal en point. Les fauteurs de troubles étaient identifiés, on disait d’eux : « tu sais ce qu’ILS ont encore fait ? ». Dans quelques cas, il s’agissait de prédateurs qui étaient là uniquement pour tirer un avantage immédiat, salaire, couverture sociale, et qui n’avaient jamais eu le moindre intérêt pour le projet de l’entreprise.

Décision facile : dehors. Oui. Mais dans d’autres cas, les emmerdeurs patentés s’avéraient avoir voulu donner le meilleur d’eux-mêmes, être reconnus et se réaliser dans leur travail, mais en ont été empêchés par une organisation aveugle, ou par leur ignorance des codes pour se faire entendre. Le problème alors n’était pas ILS, mais NOUS. Quelques retouches d’organisation, la magie du Lean, l’arbitrage par la satisfaction client, et l’entreprise renaissait.

Les managers de transition en charge des missions les plus convoitées, si l’on en croit l’énergie que mettent les postulants pour les décrocher, à savoir président de la République et premier ministre, après notre terrible 11/13, au-delà du traitement des urgences, vont devoir se poser la question sur ceux qui tenaient les kalachnikov. Aliens à renvoyer dans l’espace intersidéral, ou tumeurs fabriquées par notre corps social ? ILS ou NOUS ? Je ne connais pas la réponse, mais je forme les voeux les plus ardents pour que ces super-Manager de Transition la trouvent.

Ecrire à l'auteur de l'article

Ecrire à Aristide Schlienger