Portrait-d-un-Amadeussien

Philippe Médeau « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts » Isaac Newton

Si nous devions décrire Philippe MEDEAU en un seul mot, ce serait sans nul doute « passion ». Passionné par la nature et la vie, par la diversité des cultures du monde, par la musique, il est évidement passionné par son métier : Développer des activités à l’international.

International ? Oui, définitivement : Philippe est un citoyen du monde; et pourtant à y regarder de plus près, dans les premières années de sa carrière rien ne semblait le destiner à choisir ce chemin.

En résonance avec la nature, Philippe choisit d’exercer dans le secteur de l’agriculture pour y développer ses compétences. Après un court passage dans l’enseignement, Philippe entre dans le monde des coopératives agricoles par un de ses groupements, l’UDCA, dont le métier est de négocier auprès des fournisseurs tout l’approvisionnement nécessaire aux structures adhérentes (fertilisants – semences – produits de protection des plantes, etc.). Belle expérience de cinq années, au cours desquelles il crée une activité ex-nihilo, une BU « semences et plants », qu’il développe avec succès en l’amenant au plus haut niveau national.

Fort de cette première expérience, il intègre le groupe BAYER, ce géant de l’industrie dont les cœurs de métier sont la santé, l’agriculture et la chimie : présent dans plus de 120 pays, il réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 40,2 milliards d’euros. Philippe participe tout d’abord au développement de la structure française au niveau régional, puis à la structuration de l’ensemble des divisions du Groupe en France. S’il fait alors le choix de débuter en France, le désir de découverte d’autres horizons est bouillonnant ; dès que sa vie de famille le permet, Philippe s’engage dans la voie de l’international et saisit la première opportunité, l’Algérie. BAYER lui confie la responsabilité de dynamiser l’ensemble des activités du groupe pour cette filiale. A cette époque, partir travailler dans ce type de pays n’est pas sans danger : cela révèle un certain courage et témoigne d’une envie profonde de se confronter à l’international. Cette attitude s’avère décisive car les « business challenges » à l’international ne manquent pas chez Bayer : création, développement ou restructuration des filiales étrangères, Philippe peut maintenant donner libre cours à ses passions et au développement de son talent.

Que ce soit en Algérie, au Bangladesh, en Chine, en Inde ou en Europe, Philippe a su gagner la confiance de sa hiérarchie grâce à sa capacité à considérer les enjeux à long terme ; partout sa vivacité, son agilité, sa créativité, son ouverture d’esprit, sa pugnacité alliée à son optimisme font mouche.

Ses capacités de manager et de team leader sont reconnues par tous ; parce qu’il sait qu’on ne sait jamais vraiment, parce qu’il aime profondément la nature humaine et garde en toute circonstance une posture respectueuse, il sait se faire apprécier des clients, motiver et manager les équipes et les faire grandir.  Il peut ainsi réussir au sein d’environnements culturels très différents.

La musique est une autre de ses passions. Elle est à l’image de sa personnalité : authentique, éclectique, ouverte et surtout rythmée. Elle est un lien primordial entre les Hommes, un facilitateur. Elle est aussi un support pour son imagination… pour rêver de nouveaux challenges …

C’est donc tout naturellement que Philippe Médeau s’est orienté vers le métier de la transition. Sa grande expérience de développement ou de redressement de filiales à l’international est son cœur de métier, et sa naturelle adaptabilité font de lui un DG de transition expérimenté.

Notre newsletter étant réalisée sous le signe du management au féminin, nous ne résistons pas à la tentation de lui demander son avis sur la question : « je suis un pragmatique, nous répond-il, dans l’exécution de la mission qui m’est confiée, je suis avant tout centré sur le business, c’est pourquoi manager ou être managé par une femme ou un homme n’a pas d’importance en soi. Ce qui compte, c’est de savoir atteindre les objectifs fixés, en intégrant la dynamique durable des équipes, en respectant nos valeurs humaines et éthiques. Le reste n’est qu’une question de personnalité, d’entente entre individus qui savent, ou pas, travailler ensemble pour l’intérêt général de l’entreprise ».

Ecrire à Philippe Médeau

Ecrire à Philippe Médeau